Stats

Les articles de Caroline LHOMME

Après avoir travaillé une quinzaine d'années dans l'édition, Caroline LHOMME, une rupture d'anévrisme lui a fait découvrir le monde du handicap.Aujourd'hui, elle profite de cette expérience douloureuse mais finalement très riche pour écrire sur des sujets très variés.

Pour moins de 6€/mois*
Une protection juridique c'est l'assurance d'avoir à tout instant un JURISTE compétent dans le domaine du handicap , des aidants ou des séniors qui vous soutienne dans vos démarches vis à vis de tiers. * paiement annuel

Interview de Jacques Zeitoun, 2ème vice-Président du Fonds d’Insertion des Personnes Handicapées dan

0622_jacques_zeitoun_-_portrait.png

Dispositif d’aides du FIPHFP – Réponses de Jacques Zeitoun, 2ème vice-Président du Fonds d’Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique (FIPHFP

Conformément aux décisions prises par le gouvernement pour limiter la propagation du CORONAVIRUS-COVID 19, le FIPHFP a été amené à adopter des mesures pour réduire l'exposition des agents, des membres des instances et des personnes en relation avec le FIPHFP. Pour autant, la continuité du service reste assurée grâce à une Présidence, une Direction et des équipes pleinement mobilisées au quotidien en signe de solidarité et de soutien aux personnes les plus vulnérables. Conscient des difficultés rencontrées par les employeurs publics et les agents en situation de handicap, le FIPHFP a ainsi pris des dispositions nécessaires pour répondre à cette situation exceptionnelle. Cette nouvelle organisation est désormais opérationnelle. Rencontre avec Jacques Zeitoun, 2è vice président du FIPHFP :

1/ Quel a été l'impact de la crise sanitaire sur les agents en situation de handicap ?

Cette épreuve de la pandémie du COVID 19 est rude, les circonstances imposées sont sans précédent. Nous n’avons pas encore de mesures réelles des impacts sur les agents en situation de handicap, mais nous pouvons indiquer des conséquences sur le plan physique, sur le plan psychique avec risque de détresse émotionnelle, et sur le plan social avec perte des liens sociaux. Toutefois nous soulignerons que de manière objective les agents en situation de handicap ne sont en général pas plus vulnérables que les personnes valides. Par ailleurs, des difficultés ont plutôt porté sur les collaborateurs des EA / ESAT avec des conditions de confinement pas toujours optimales. Le télétravail imposé par les circonstances nous permettra aussi de faire ce retour d’expérience. Ce n’est pas la panacée mais des perspectives sont ouvertes pour ménager la fatigue, par exemple pour les personnes à mobilité réduite ou affectées de maladies invalidantes, toutefois il faut veiller à ne pas désocialiser. Le déconfinement sera difficile.

2/ Quelles mesures avez-vous proposées pour les protéger ?

Le FIPHFP a été très réactif en mettant en place, dès les premiers jours de la crise, une organisation adaptée à la situation et il continue de le faire : des équipes relais en région pour répondre aux demandes des employeurs, une task force à l'échelon national, des instances dématérialisées. Le FIPHFP a assoupli ses processus règlementaires, pour prendre en compte la situation exceptionnelle à laquelle font face les employeurs : campagne de déclaration reportée au 30 juin, délai supplémentaire de 3 mois accordé pour produire les bilans de conventions. Le FIPHFP innove pour ne pas rompre le lien avec les employeurs, et continu de jouer son rôle de proximité, de formation et d'information dans cette période singulière : relais des informations des ministères de tutelle en continu, organisation de webinars par les Handi-Pactes, formation à la déclaration à distance. À une situation exceptionnelle, le FIPHFP répond par des aides exceptionnelles pour accompagner du mieux possible les agents en situation de handicap : aide exceptionnelle pour faciliter le travail à distance des travailleurs handicapés, aide exceptionnelle pour permettre aux apprentis en situation de handicap de poursuivre leur scolarité à distance (Favoriser le travail à domicile des travailleurs handicapés dans le cadre de la pandémie actuelle de COVID-19. Le FIPHFP prend en charge, dans la limite d’un plafond de 1 000 €, les frais d’équipements informatiques dont l’installation a été effectuée entre le 16 mars 2020 et la fin du confinement. Aider les employeurs pour permettre à leurs apprentis bénéficiaires de l’obligation d’emploi de continuer leur scolarité à distance. Le FIPHFP prend en charge, dans la limite d’un plafond de 500 €, les frais d’équipements informatiques dont l’achat a été effectué entre le 16 mars 2020 et la fin du confinement).

3/ En quoi cette crise vous aura-t-elle appris de nouvelles façons de travailler ?

Nous retiendrons de cette expérience de confinement liée à la pandémie du COVID 19 plusieurs points : l'importance des solutions technologiques et numériques qui peuvent permettre la vitesse, la flexibilité, la perspicacité et l'innovation, cela ouvre des opportunités pour aménager et compenser les postes de travail des personnes en situation de handicap, mais pour le moment nous serons prudents et attendons les retours d’expérience du terrain pour apporter une analyse plus fine. Nous avons appris collectivement à travailler autrement, avec des procédures simplifiées. Espérons que cela restera, et que la lumière du bout du tunnel nous permette un retour d’expérience qui pourra profiter aux personnes en situation de handicap et leurs conditions de travail. Le FIPHFP est engagé sur l’après confinement.

Interview caroline LHOMME
Juin 2020

Suggestions: Voici des contenus traitant les même thèmes

Actualité