Stats

Les articles de Caroline LHOMME

Après avoir travaillé une quinzaine d'années dans l'édition, Caroline LHOMME, une rupture d'anévrisme lui a fait découvrir le monde du handicap.Aujourd'hui, elle profite de cette expérience douloureuse mais finalement très riche pour écrire sur des sujets très variés.

Pour moins de 6€/mois*
Une protection juridique c'est l'assurance d'avoir à tout instant un JURISTE compétent dans le domaine du handicap , des aidants ou des séniors qui vous soutienne dans vos démarches vis à vis de tiers. * paiement annuel

Festival d’Avignon 2011, le théâtre accessible à tous !

Spectacles mais aussi lectures de textes inédits, expositions, projections de films, rencontres avec les artistes, débats… cette année encore, du 6 au 26 juillet 2011, Avignon fait son festival. Et pour la quatrième année le Centre Ressources Théâtre Handicap (CRTH) de la Compagnie REGARD’EN France accompagne le festival. Du 11 au 16 juillet 2011 le CRTH est présent pour répondre aux besoins d’accessibilité, pour que le théâtre et le spectacle vivant soient à la portée de tous. Pour cette 65ème édition, en plus du Festival IN d’Avignon, le Centre Ressources Théâtre Handicap est partenaire de deux festivals : le festival Contre-courant et le festival Théâtr’enfants et tout public. Casques d’audiodescription, régie mobile, Interprètes langue des signes française, boucle magnétique, programmes des festivals en braille et gros caractères, programmes vocalisés sur son site internet sont autant de moyens que le CRTH met à disposition des personnes handicapées pour leur rendre ces festivals plus accessibles.     Nouveauté 2011 : le jeune public à l’honneur Cette année encore, le CRTH accompagne le festival Contre-courant - CCAS sur deux spectacles : « Pour rire et pour passer le temps » (de S.Levey, collectif MXM) le vendredi 15 juillet à 22h et « Bouvard et Péruchet » (Cie Pipo) le samedi 16 juillet à 18h. Danse, théâtre, cirque, musique, Contre-courant propose son regard original sur le spectacle vivant et la création contemporaine. Un partenariat qui dure depuis quatre ans car ils partagent les mêmes valeurs que sont la solidarité et la volonté de rendre le théâtre accessible à tous les publics sans discrimination, dans son accès et sa pratique. Mais la nouveauté cette année c’est sa collaboration avec le festival Théâtr’enfants et tout public - Association Eveil Artistique des Jeunes Publics. Parce que le Festival d’Avignon c’est aussi pour les enfants et pour tous les enfants, le CRTH intervient sur deux spectacles le jeudi 14 juillet : Debout (Cie Arketal) à 14h15 et Knup (Cie D’A) à16h15. Au programme, de la musique, de la danse, du théâtre, des marionnettes… Pour Pascal PARSAT, professeur d’art dramatique, metteur en scène et co-fondateur et directeur artistique du CRTH, c’est une association essentielle. Il explique que « les actions menées auprès des personne en situation de handicap ont peu d’impact du fait d’un défaut d’accès à l’information et à la formation artistique.   Le CRTH propose d’aller à la racine du problème en ciblant les enfants ». Ainsi, plus les spectateurs sont formés, informés et sensibilisés à la culture et la pratique artistique dès le plus jeune âge et plus ils y seront réceptifs et iront au théâtre une fois adultes. Il s’agit avant tout de leur donner accès et goût à l’art.       Les Souffleurs d’images Les spectateurs déficients visuels peuvent également solliciter la présence de « Souffleurs d’Images ». Derrière ce nom poétique se cache un concept simple et totalement gratuit d’accompagnement de la personne imaginé par Pascal PARSAT : pour permettre aux non ou malvoyants d’assister à « ce qu’ils veulent, où ils veulent et quand ils veulent en binôme », un apprenti comédien bénévole se fait souffleur d’images en décrivant à la personne qu’il accompagne les éléments de la mise en scène (costumes, décors, déplacements, gestuelle…). lui offrant ainsi, à la demande, des compléments d’information les plus objectifs possibles. Plus qu’une démarche d’accompagnement, c’est avant tout un échange, une rencontre humaine entre deux spectateurs qui peuvent ensuite échanger leur point de vue sur la pièce. Cette année une douzaine de « Souffleurs d’images » sont présents sur le Festival : trois formés par le CRTH, les autres formés sur place au Conservatoire à Rayonnement Régional d’Avignon. Aurore CAUSSINES, 26 ans, comédienne, est souffleur pour le CRTH depuis maintenant deux ans. Présente à Avignon cette année, elle parle de cette expérience comme d’un « échange humain, sensitif et artistique » : « On se donne rendez-vous trente minutes avant le spectacle, on discute un peu de ce que la personne attend de moi et je propose de lire le synopsis de la pièce. Souvent, on me demande de lire le nom des acteurs et le nom de leur personnage, pour faire le lien direct je suppose. Avant de commencer je décris aussi l’image que j’ai de la scène. Nous restons à l’écoute l’un de l’autre et je lui demande si elle veut que je lui dise des choses en particulier. Je fais souvent le premier pas et essaie de mettre à l’aise la personne car ce n’est pas facile quand on ne se connaît pas au début. C’est quelque part, au premier abord, assez intime puisqu’on est à côté, proches, dans la pénombre. Il faut trouver en très peu de temps comment s’accorder. Certaines personnes seront attachées aux décors, aux matières des costumes plus qu’à la mise en scène, d’autres aux acteurs, à leurs manières d’êtres et d’autres encore aux détails comme un papier qui tombe, un regard, un toucher… Chaque personne est unique. En observant, en discutant, en écoutant, on arrive au fur et à mesure, à savoir mieux aiguiller, à être plus précis, à mieux adapter chaque soufflage à la personne que l’on a à côté de soi, en étant naturel et présent. Surtout présent, et réactif. Mais il est aussi important de laisser la personne que l’on accompagne se faire ses propres images, sa propre vision de l’histoire. Il est difficile au début de rester neutre, mais ça vient petit à petit. A la fin de chaque représentation, soit on discute sur les marches en façon accélérée mais en se disant le principal, soit on a tous les deux le temps d’aller discuter autour d’un café et de vraiment échanger car on est en "pleine digestion" de ce qui vient de se passer. Du coup c’est sincère, spontané. Parfois on change d’avis car on avait mal compris ou alors on est passé à côté de certaines choses et l’autre complète cette absence. Parfois encore on rajoute des détails. Je trouve ce moment aussi important que le soufflage proprement dit pendant le spectacle car il est naturel pour moi de savoir si j’ai été claire, si je n’ai pas trop troublée sa vision des choses, bref si le soufflage était à la mesure de ce à quoi la personne s’attendait. Aujourd’hui quand je vais au théâtre pour mon propre plaisir, je me rends compte que mon champ de vision s’est agrandi et que ma compréhension du texte est différente. Voilà ce qu’est un soufflage d’image. Un partage, un travail en profondeur et à l’heure actuelle un plaisir. » Les rencontres professionnelles Deux rendez-vous professionnels pour des débats autour de la thématique du handicap sont également au programme de ce Festival d’Avignon 2011, avec la participation de Pascal PARSAT. D’abord le mardi 12 juillet à 10h, une rencontre professionnelle est organisée par la Compagnie Les Trois-Huit / Nouveau Théâtre du 8e de Lyon sur le thème : « Création et langue des signes (LSF) : quels enjeux ? ». Mêler la LSF au spectacle vivant est un cheminement qui ouvre de nouveaux terrains de création. En confrontant deux cultures (sourde et entendante) et deux langues (français et LSF), ces projets renouvellent le jeu et la mise en scène. Ils développent également la mixité des équipes artistiques et des publics. Quelles démarches artistiques inventer autour de la relation spectacle vivant et LSF ? Quels enjeux émanent de ces créations ? Et quels positionnements adopter pour les désenclaver du réseau de handicap et les faire résonner plus largement ? (avec la présence d’interprètes). Puis le vendredi 15 juillet à 17h30, le Festival Théâtr’enfants et tout public - Association Eveil Artistique des Jeunes Publics propose un échange professionnel co-animé par Pascal PARSAT « Pour une pratique artistique et culturelle accessible à tous » (cette rencontre bénéficie d’une traduction Langue des Signes Française). Stéphanie Peylet09/07/11

 http://www.crth.org

Suggestions: Voici des contenus traitant les même thèmes

Actualité