Stats

RESULTATS CONCOURS INTERNATIONAL HANDITEC 2020/2021

Le mot du président

 

Ce 18éme concours d'architecture et de design a été exceptionnel à plusieurs titres.
Maintes fois repoussé du fait de la pandémie, il devait se dérouler en juin 2020 lors du salon AUTONOMIC PARIS.

La persévérance des candidats, le soutien des écoles et de leurs professeurs, notre détermination à valoriser les efforts de chacun nous ont amené à faire de ce concours le 1er concours virtuel : chaque candidat présentant à travers une vidéo et des documents ses motivations et son projet.

Ce concours a comme premier objectif de sensibiliser à travers les écoles d'architecture et de design les étudiants qui seront les créateurs de demain à la problématique des situations de handicap quel que soit leur origine.

Ce concours se déroule tous les 2 ans en partenariat avec AUTONOMIC, doté de 7 000 € de prix. Il est soutenu financièrement par le Ministère de la Culture. Son résultat sera présenté lors du salon d’AUTONOMIC de PARIS.

Vous découvrirez une douzaine de candidats nominés pour ce concours réunissant des étudiants français et étrangers majoritairement soutenus par leur école.

Pour la première fois nous avons eu des projets touchant le handicap mental ou psychique. Ainsi nous avons voulu récompenser cette initiative audacieuse.

Le jury rassemblant des professionnels du monde du handicap, des personnes en situation de handicap et des personnes de la vie civile s'est réuni le 23 avril 2021 pour nommer les lauréats.

Le public (internaute) a eu la possibilité de voter pour trois projets qui leur semblaient les plus aboutis selon les 6 critères suivants :

• Opportunité • Faisabilité • Facilité d'utilisation • Innovation conceptuelle • Aboutissement du projet • Coup de cœur

Nous tenons à remercier les 1 500 internautes qui ont validé ces projets.

Nous avons une pensé émue pour Frédéric FAIVRE qui a œuvré pour que ce concours soit une réussite en digital. D’ailleurs nous avons reçu des témoignages émouvants d’un certain nombre de candidats qui se sont manifestés lors de son décès soudain à quelques jours du résultat du concours.

Le président d'HANDITEC
Pascal CHARPENTIER

 

Le vote du Jury et du Public est terminé !


Découvrez les résultats


Ustensiles de cuisine pour personnes handicapées
 Natali POZNANSKY
1er Prix du Jury: 3000 €
Holon Instute of Technology, Holon English (Israel)
HandOn est un ensemble d’appareils de cuisine qui sont destinés à aider ceux qui ne peuvent utiliser qu'une seule main

HandOn est un ensemble d’appareils de cuisine qui sont destinés à aider ceux qui ne peuvent utiliser qu'une seule main (en raison de circonstances différentes) avec leur travail de cuisine.
L’ensemble couvre la procédure de cuisson, des préparations au nettoyage, et comprend 3 produits :
- La planche de perçage permettant à l’utilisateur de peler et de hacher n’importe quoi et de les transférer facilement dans un bol;
- Une poignée accrochée à un pot pour faciliter le levage vers le poêle et vers l’arrière;
- Une surface de lavage qui permet à l’utilisateur de laver tous les ustensiles de cuisine avec une main.
Tous les produits sont conçus pour être utilisés avec une seule main et à donner un sentiment d’indépendance et de capacité à ceux qui n’ont qu’une seule main
(en cas de vieillesse, de faiblesse, de paralysie, d’amputation, etc.).

Depuis toujours, j’étais intéressé à développer et à concevoir des ustensiles de cuisine et des gadgets uniques.
Au cours de mes études de design industriel, j’ai mené des recherches approfondies sur les tâches quotidiennes de la cuisine et pensé comment je peux améliorer et optimiser celles eux.
C’est alors que j’ai réalisé qu’il y a un énorme manque et écart dans les accessoires de cuisine pour les personnes âgées et les personnes handicapées.
J’ai constaté que même les produits qui existent sur le marché pour cette population sont obsolètes...
En effet, à ce stade, j’ai décidé d’utiliser mes capacités et connaissances acquises afin de concevoir des produits de cuisine tendance qui permettront à ceux qui en ont besoin de les utiliser et de renforcer leur sens des capacités.
C’est ainsi que HandOn est né.
Je me suis consacré à développer ces solutions.

Le projet a commencé avec moi pour mener des recherches afin de comprendre quels produits existent sur ce marché.
J’ai également étudié et étudié les différents handicaps qui affectent les gens.
Dans le cadre de la recherche, j’ai rencontré avec des experts tels que des thérapeutes professionnels, des médecins, des associations bénévoles, des centres de jour pour personnes handicapées et j’ai appris la méthode de traitement différente (physique et verbale) et plus tard, j’ai commencé à me rencontrer, à poser des questions et à observer soignants.
Afin d’observer à plusieurs reprises et de près, je me suis porté volontaire pour plusieurs mois dans un organiza spécial sur pour les personnes handicapées appelé Tikun Olam Makers et a appris beaucoup sur leurs besoins.
Après cela, j’ai développé des prototypes pour 9 solutions.
On l’a réduit à 3 solutions principales et on s’est concentré sur elles.
Les prototypes finaux sont pour la plupart réalisés en 3D et comportent des matériaux tels que le Polyuréthane et l'acier inoxydable.
Comme indiqué ci-dessus, chacun des produits est conçu et rendu soigneusement et avec des détails spécifiques sur les programmes informatiques 3D.
Les pièces sont ensuite imprimées en 3D, lissées et colorées.
Ce procédé simule essentiellement le processus de moulage et d'injection de plastique dans le produit de masse sur. Les tiges en acier inoxydable sont plié sur un moule que j’ai conçu à l’avance et inséré dans le produit pertinent.
Les tiges en acier inoxidable sont également enduits d’un matériau de glissement dans les endroits pertinents pour les rendre plus stables et plus sûrs.
Ma vision pour la gamme de produits HandOn est de les introduire dans le produit de masse afin de réduire le coût pour le consommateur, et de cette façon de les répartir plus facilement dans le monde et fournir des solutions aux gens qui en ont besoin.
Ce qui rend mon idée unique, c’est tout d’abord que la plupart des produits n’existent pas du tout sur le marché et sont donc innovants et conviviaux.
En outre, ils s’adressent à une partie de la population qui n’ont pas beaucoup de gadgets et / ou de solutions pour leur activité quotidienne.
Même ceux qui ont des prothèses témoignent qu’ils ne veulent pas les utiliser à la maison – ou surtout – dans la cuisine (à cause de l’eau, des différents matériaux alimentaires, des liquides de nettoyage, etc.).
J’ai trouvé très peu d’entreprises qui répondent à ces besoins et offrent des solutions suffisantes et à la mode.
L’originalité de mes conceptions et de mes produits est qu’ils fournissent des solutions pour les tâches quotidiennes de cuisine de personnes qui ne pensent même pas actuellement à entrer dans la cuisine.
Mais, ils ne fournissent pas seulement une solution pour les personnes âgées et les personnes handicapées de travailler dans la cuisine -
ils sont destinés à autonomiser, permettre et encourager les gens à se sentir comme tout autre membre fonctionnel de la société.
Ils donnent un sentiment d’indépendance et de compétence, poussant l’utilisateur à savoir qu’il peut accomplir des tâches comme tout le monde.
De plus, il vise à offrir une expérience culinaire positive et à la rendre plus accessible.
  Regarder la vidéo
  Document n°1
Plaque gabarit pour utilisation de plaque de cuisson pour déficients visuels
 Yanis BROT
2ème Prix du Jury: 1500 €
Individuel Français
Il n y a aucun repère tactile sur les plaques de cuisson du marché pour les déficients visuels. Ces personnes sont donc dans l impossibilité d’utiliser dans de bonnes conditions ce type d appareil. Mon projet consiste donc à concevoir une plaque gabarit avec des ouvertures permettant l accès aux commandes tactiles de l'appareil .

Il n y a aucun repère tactile sur les plaques de cuisson du marché pour les déficients visuels.
Ces personnes sont donc dans l impossibilité d’utiliser dans de bonnes conditions ce type d appareil.
Mon projet consiste donc à concevoir une plaque gabarit avec des ouvertures permettant l accès aux commandes tactiles de l'appareil .
Le déficient visuel a ainsi facilement accès aux réglages de la puissance , la mise en marche et l arrêt .
Sur la plaque gabarit , une zone est réservée à l explication des différents points de commande en braille .
Cette plaque gabarit est indexée à l angle de la plaque de cuisson pour un maintien parfait .
Cette plaque gabarit rend ainsi toutes les plaquesde cuisson accessible à toutes personnes présentant un déficit visuel.

Mon père , suite à un accident , est déficient visuel. J ai 17 ans , et j essaye d utiliser au maximum les nouvelles technologies afin de le rendre plus autonome.

Mon projet débute par une prise de côtes précise de la partie commande tactile sur la plaque de cuisson existante . Cette étape est très importante afin de positionner au mieux les ouvertures par rapport aux points de contrôles .
J ai réalisé un plan 3D à l’aide du logiciel solidworks.
J ai transformé le fichier afin de pouvoir le transférer sur une imprimante 3D . J ai réalisé l impression 3D de la premièreversion .
Essai de la première version avec un groupe de personnes d’âges différents .
La taille des ouvertures c’estavérée insuffisante pour certaines personnes . J ai donc réalisé une deuxième version en augmentant les côtes des ouvertures .
Le deuxième essai est concluant . Nous avons pu valider également l indexation de la plaque.
Matière plastique végétale PLA
Cette version prototype a été réalisée avec une imprimante 3D .Ce produit sera réalisé en injection plastique .
Le moule d’injection devra comporter plusieurs pavés amovibles afin de pouvoir produire différentes versions de plaques gabarits .
Cela, dans le but de diminuer le prix de revient
Tout d abord , ce produit est innovant car , actuellement , il n existe pas sur le marché . A ce jour , les appareils ménagers destinés aux déficients visuels sont très onéreux et ne répondent pas non plus à toutes les attentes de ces personnes .
Mon produit , est très simple d utilisation et ne requiert aucune compétence pour l utilisation de celui ci.
. De plus , relativement simple à produire , cette plaque gabarit est capable de rendre accessible toutes les plaques de cuisson actuellement sur le marché .
Elle pourra aussi être adaptée à tout autres appareils ménagers à commandes tactile. Cette plaque permettra aux déficients visuels d acquérir une autonomie indispensable dans leur quotidien .
Cette plaque gabarit est capable de rendre accessible aux déficients visuels toutes les plaques de cuissons du marché
  Regarder la vidéo
  Regarder la 2ème vidéo
  Document n°1
POK (Casse-oeuf et séparateur de blanc du jaune d’un oeuf)
 Anne-Lou FOURNIER, Louise GUILLET, Paul REVOL
3ème Prix du Jury: 1000 €
Lycée Benoit Fourneyron, Saint-Étienne Français
La grande majorité de produits dédiés à la cuisine sont alors uniquement nécessaires: planches à découper, assiettes et couverts adaptés, ouvre-boîtes, éplucheurs etc... Cependant, il n’y a que très peu de produits qui permettent de faire la cuisine pour le plaisir et par passion. La pâtisserie est une des premières pratiques éliminées.....

Pour les personnes atteintes d’hémiplégie, la cuisine est surtout une corvée: des outils et espaces uniquement dédiés à une cuisine rapide et vitale.
La grande majorité de produits dédiés à la cuisine sont alors uniquement nécessaires: planches à découper, assiettes et couverts adaptés, ouvre-boîtes, éplucheurs etc...
Cependant, il n’y a que très peu de produits qui permettent de faire la cuisine pour le plaisir et par passion.
La pâtisserie est une des premières pratiques éliminées, et n’est même plus perçue comme une possibilité pour les hémiplégiques et personnes avec un handicap.
C’est pour cela que nous avons créé POK: un casse-oeuf simple qui permet de casser puis séparer les blancs des jaunes en toute tranquillité.
Cette étape simple est cruciale dans la pâtisserie et pourtant si compliqué pour les personnes ne pouvant utiliser qu'une seule main. Grâce à POK, le domaine de la pâtisserie s’ouvre enfin à eux.

Si cuisiner est vital, la cuisine reste avant tout un moment de plaisir et de partage. Les goûts, les sensations et le plaisir de cuisiner peuvent être partagés avec les membres de sa famille ou avec ses amis, à qui l’on est heureux de transmettre des savoirs-faire et des connaissances.
Pour les personnes atteintes d’hémiplégie, la cuisine est surtout une corvée: des outils et espaces uniquement dédiés à une cuisine rapide et vitale.
La grande majorité de produits dédiés à la cuisine sont alors uniquement nécessaires: planches à découper, assiettes et couverts adaptés, ouvre-boîtes, éplucheurs etc...
Cependant, il n’y a que très peu de produits qui permettent de faire la cuisine pour le plaisir et par passion.
Le design s’intéresse bien trop peu aux personnes avec des handicaps et en conséquence beaucoup d’objets dans la cuisine ne sont pas utilisables par les personnes handicapées.
C’est pour cela que nous voulons créer des produits plus inclusifs, qui ne sont pas uniquement conçus pour une catégorie de personnes, mais pour la plus vaste majorité, et plus précisément pour les personnes handicapées.
Nous avons les moyens aujourd’hui, grâce aux différentes technologies, de s’informer, d’échanger avec tous les différents usagers, d’imaginer et produire des objets qui seraient accessibles à tous.
C’est pour cela que nous étudions le design, et que nous participons à ce concours, afin de produire des objets inclusifs pour demain.

Nous sommes trois étudiants (Anne-Lou FOURNIER, Louise GUILLET, Paul REVOL) en deuxième année de DN MADe à Saint Etienne qui se sommes associés afin de créer notre nouveau produit: POK.
POK est un casse-oeuf et séparateur de blanc du jaune d’un oeuf pour personnes hémiplégiques et les personnes handicapées.
Nous nous sommes donné pour objectif de produire un objet qui serait avant tout pratique et facile à utiliser avec qu’une seule main, mais aussi dans une esthétique actuelle et plaisante, pour un prix et une fabrication abordable par tous (nous voulons apporter une solution concrète et réalisable). Nous voulions créer un produit unique qui permettrait une pratique de la pâtisserie dans une logique de plaisir et de partage. Nous voulions un produit qui soit avant tout utilisable par les personnes handicapées mais qui pouvait également être apprécié et utilisé par tous (du plus petit au plus grand).
C’est à travers une analyse du marché et de l’existant, d’échanges avec des personnes hémiplégiques mais aussi avec des personnes avec un handicap (perte de motricité et coordination, difficulté de manipulation) que nous avons réussi à produire POK. POK est constitué de deux parties: la partie supérieur et un bac. La partie supérieure, permet de casser l’oeuf sur son milieu, puis grâce aux trous et ses pentes, va séparer le blanc du jaune de l’oeuf: le jaune est retenu dans la partie supérieure et le blanc est le s’écoule dans le récipient (bac). La partie supérieur (en son milieu) dispose de chaque côté un ajout de matière qui permet de la soulever facilement.
Le bac permet à son tour de récupérer le blanc, et grâce à sa graduation permet de facilement suivre une recette. POK est capable d'accueillir plus d’une dizaine d’oeufs, ce qui évite de devoir faire trop de mouvement après chaque oeuf cassé.
Sa taille générale à été conçue pour être stable (forme rectangulaire), facile à nettoyer et maniable. Afin d'assurer une stabilité maximale et éviter tout renversement, un revêtement en silicone anti-dérapant se trouve en dessous du bac.
POK est fait entièrement en plastique pour pour l’alléger au maximum, le rendre le plus résistant possible en cas de chute ou renversement, et éviter toute blessure en cas de cassure.
De plus, ses matériaux peu coûteux font de lui un produit abordable, et dont la réalisation est envisageable avec les outils d’aujourd’hui.
Enfin, nous avons créer une gamme colorée spécifique, inspirée des tonalités de l’oeuf, pour POK afin de correspondre aux goûts et intérieurs de chacun. Cela permet de proposer un produit plus personnel, et qui se veut plus inclusif.
Le bac est transparent tandis que la partie supérieur de l’objet ainsi que le revêtement sont colorés. Le silicone est de la même couleur pour tous les bacs, et la partie supérieur est proposée en 4 couleurs: jaune, orange, rouge, bleu. Ces couleurs confèrent au produit sa vitalité et esthétique contemporaine.
POK est composé de deux matériaux: du plastique polypropylène (PP) et d’un revêtement antidérapant en silicone.
Les deux parties du casse-oeuf (la partie supérieur et le bac) sont réalisées grâce à la technique d’injection. L’injection étant une technique de mise en forme plutôt onéreuse, elle sera rentabilisée par le fait que ce produit a pour but d’être vendu en grande série. Le revêtement en silicone est ensuite collé sous le bac grâce à une colle spéciale.
Réalisé par injection, POK est destiné à la grande série: il a été conçu avec des matériaux bons marchés, et avec une fonctionnalité et esthétique qui lui permet de correspondre aux besoins et capacités d’un plus grand nombre.
L’ensemble des produits se trouvant sur le marché pour séparer le jaune d’un blanc d’un oeuf ne répondent pas aux besoins de tous.
Dans la plupart des cas, ils sont sous forme de greffes ce qui nécessite l’utilisation des deux mains pour ne pas être en difficulté.
Leur manque d’un récipient inclus dans l’objet pour récupérer les blanc rend le cassage de l’oeuf et la séparation difficile (récipients chez soi pas adaptés, manque de stabilité, forte possibilité de renversement).
On retrouve également des objets qui soit sont anecdotiques ou “gadgets”, ce qui nuit à son utilisation; soit des objets dont la fabrication et la complexité ne permettent pas l’accès à tous.
Il n’y a donc pas de casse-oeuf adapté aux personnes hémiplégiques et personnes handicapées présent sur le marché, et c’est pour cela que nous avons créé un produit à part entière qui était à la fois simple et fonctionnel à tous les niveaux, une esthétique actuelle, et le tout avec des matériaux et une fabrication économique (prix abordable).
Casser des oeufs et les séparer n’est peut être pas une action nécessaire ou vitale, mais c’est une action qui permet de réaliser un plaisir, voir une passion.
Il est connu que pâtisser est excellent pour le moral, et toute une culture existe autour de cette pratique. POK rend cela accessible aux personnes hémiplégiques ou handicapées.
De plus, la cuisine, et particulièrement la pâtisserie, est un moment de partage et de convivialité: on échange ses recettes, ses astuces de grand-mère, ses différents goûts et préférences.
La pâtisserie est un moment de gourmandise et de complicité, qui ne devrait pas être réservé qu’à une partie de la population, mais devrait être accessible à toutes les personnes.
Enfin, trop souvent le plaisir et la passion sont laissés de côté dans la conception des produits pour personnes handicapées pour produire des objets uniquement fonctionnels et nécessaires.
POK est originale dans sa volonté de rendre la pâtisserie, un plaisir mais aussi un moment de partage, accessible aux personnes handicapées.
Pour cela, POK est fonctionnel à tous les niveaux: chaque élément qui le constitue a été spécifiquement conçu pour répondre aux différents besoins et gestes lors du cassage d’un oeuf et de la séparation du blanc du jaune avec une main, et cela le plus simplement possible. POK à été simplifié et épuré afin de ne garder que des éléments essentiels à son utilisation.
L’esthétique de POK se détache de celle des objets classiques pour personnes handicapées (esthétique hospitalière) pour donner une esthétique actuelle et inclusive.
POK est un produit révolutionnaire sur le marché, offrant une solution originale tout en étant commercialisable.
  Regarder la vidéo
  Document n°1
Cuisine en arc de cercle
 Irsyad ABDURRASYID, Nafila AMIRACAHYA,Yanuar PASA
Prix du Public 1000 €
Universitas BRAWIJAYA, Malang, Est de Java, Indonesie English (Indonesia)
Nous avons décidé de concevoir cette cuisine accessible pour les familles vivant dans de petits espaces, comme des appartements à Paris. Fondamentalement, la cuisine est en forme d’arc. La forme de l’arc était de soutenir le mouvement limité d’un fauteuil roulant. Et en plus de cela, nous concevons la cuisine en fonction de l’ordre de l’activité dans la cuisine, de la préparation, à la cuisson, puis enfin manger.

Notre projet était de concevoir une cuisine accessible aux personnes en fauteuil roulant.
Nous avons décidé de concevoir cette cuisine accessible pour les familles vivant dans de petits espaces, comme des appartements à Paris.
Fondamentalement, la cuisine est en forme d’arc. La forme de l’arc était de soutenir le mouvement limité d’un fauteuil roulant.
Et en plus de cela, nous concevons la cuisine en fonction de l’ordre de l’activité dans la cuisine, de la préparation, à la cuisson, puis enfin manger.
L’arc aide cette conception pour rendre l’activité fluide. Et bien que cette cuisine devait être accessible aux personnes handicapées, nous l’avons tout de même rendue accessible aux personnes non handicapées.
La hauteur de toutes les choses sont accessibles pour les personnes en fauteuil roulant, mais nous avons également fait des espaces plus élevés pour les autres.

A Paris, la plupart des gens vivent dans des appartements au lieu de maisons individuelles.
Il est si rare de trouver des maisons à Paris, et même s’il y en a, les maisons sont si chères et situées loin de la ville.
C’est pourquoi nous avons voulu concevoir une cuisine spécifiquement pour les appartements à Paris.
Les familles ont déménagé de la banlieue à la ville pour des raisons de distance, plus près du travail par exemple.
Malheureusement, la plupart des appartements ne sont pas conçus pour les familles, il n’y avait tout simplement pas d’espace même si certains d’entre eux ont 2 ou 3 chambres.

Notre projet était de concevoir une cuisine accessible aux personnes en fauteuil roulant. Nous avons décidé de concevoir cette cuisine accessible pour les familles vivant dans de petits espaces, comme des appartements à Paris.
Fondamentalement, la cuisine est en forme d’arc. La forme de l’arc était de soutenir le mouvement limité d’un fauteuil roulant.
Et en plus de cela, nous concevons la cuisine en fonction de l’ordre de l’activité dans la cuisine, de la préparation, à la cuisson, puis enfin manger.
L’arc aide cette conception pour rendre l’activité se sent fluide. Et bien que cette cuisine devait être accessible aux personnes handicapées, nous l’avons tout de même rendue accessible aux personnes non handicapées.
La hauteur de toutes les choses sont accessibles pour les personnes en fauteuil roulant, mais nous avons également fait des espaces plus élevés pour les autres.
La majorité de la cuisine était en bois peint en noir, sauf le tiroir qui conserve toujours la couleur d’origine du bois, et la céramique blanche pour la partie supérieure.
Le matériau en bois est naturel et confortable, tandis que la céramique rend la cuisine plus élégante et élégante.
La couleur de la maison était principalement blanc avec des planchers en bois brun. Nous avons décidé de concevoir la cuisine avec la couleur de combinaison de noir et brun.
La couleur noire donne un contraste à la cuisine et donne également le sentiment apaisant et élégant tandis que la couleur brune ce qui le rend encore partie de la maison.
Bien que le concept global d’un arc soit notre marque de commerce, mais toutes les autres choses comme le réfrigérateur, la cuisinière, etc.,
peuvent être re-conçues selon la façon dont le client voulait, du placement à toutes les tailles et formes. Les matériaux et les couleurs sont également modifiables.
Nous croyons que nous avons déjà un concept ferme dans notre conception, mais certains matériaux et couleurs ne sont pas aussi préférables pour d’autres autant que nous préférons.
Nous imaginons que notre produit n’est pas vendu dans une unité pré-conçue.
Au lieu de cela, nous aimerions proposer une refonte d’une unité avec une entente du propriétaire de l’immeuble.
De cette façon, il donne au client plus de liberté sur quoi, où, et quel appartement ils veulent avoir cette cuisine accessible mis en œuvre.
Nous avons essayé de minimiser l’utilisation de la technologie pour les personnes âgées qui ne sont pas habituées aux nouvelles technologies.
Ainsi, en ne comptant pas sur la technologie, nous avons créé une cuisine accessible par la conception, avec un esprit d’architecte.
Notre mentalité était différente, plutôt que de se concentrer sur l’activité de l’utilisateur, nous nous concentrons sur son mouvement à la place, c’est pourquoi nous avons créé une cuisine en forme d’arc.
Mouvement dans un sens que la cuisine suit l’ordre de l’activité dans la cuisine, de sorte qu’il se sent s’écouler naturellement.
En outre, le concept de mouvement ne signifie pas seulement l’accessibilité dans la cuisine, mais aussi aller dans la cuisine et sortir de la cuisine.
Et enfin, nous avons conçu la cuisine pour les familles où la cuisine est à la fois accessible aux personnes handicapées ou non en fournissant de l’espace pour les deux.
Nous croyons que la forme de l’arc est quelque chose d’unique, il n’a pas été inspiré par d’autres projets, il était le résultat d’innombrables essais et erreurs et aussi des recherches.
Nous avons commencé par observer comment les personnes en fauteuil roulant se déplacent ou interagissent avec les choses, ce qu’elles sont capables de faire et ce qu’elles ne sont pas capables de faire.
Enfin, nous sommes arrivés à la conclusion que les personnes en fauteuil roulant sont encore capables de se déplacer librement, mais d’une manière différente, par exemple, elles ne peuvent pas tourner dans un virage brusque.
Et c’est ainsi qu’un arc est décidé, non seulement il est accessible pour le mouvement des fauteuils roulants, il a même rendu le mouvement plus fluide et sans accros
  Regarder la vidéo
  Document n°1
  Document n°2
Bouchées fruitées
 Célia GUYE
4ème Prix du Jury: 500 €
Prix Monique Vincent
École européenne supérieure d’art de Bretagne, Rennes Français
Mosaïques de saveurs est un projet de design culinaire pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Je propose ici un matériel de cuisine, permettant de fabriquer aisément des bouchées festives.

Mosaïques de saveurs est un projet de design culinaire pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.
Certaines de ces personnes peuvent oublier l’usage des couverts.
Je propose ici un matériel de cuisine, permettant de fabriquer aisément des bouchées festives.
Préhensibles à la main, et préparées en vue de la collation, ces plats n’ont pas besoin de couverts.
Ces bouchées évoquent différents fruits selon les coulis utilisés et composent des tableaux colorés et savoureux dans les assiettes, telles des mosaïques, que chacun peut créer selon son inspiration.
Pour imaginer au mieux ces plats, j’ai collaboré avec deux ergothérapeutes d’unité Alzheimer et les animateurs du CHU de Rennes.
La confection des plats a été réalisée par les résidents d’un EHPAD et d’un USLD de Rennes lors d’ateliers de cuisine.
A la fin de la journée, résidents, encadrants et familles peuvent partager les créations, sans couverts, profitant pleinement de ce moment de convivialité.

J’ai découvert le milieu du handicap grâce à une expérience de vie qui a transformé mon regard et ma pratique de designer.
Pendant trois années j’ai eu la chance d’habiter dans une colocation « mixte » mise en place par l’association La Maison En Ville à Rennes.
Cette colocation consistait à vivre entre quatre jeunes étudiants, deux étant valides et deux en situation de handicap.
Cette expérience m’a extrêmement plue, car nous nous entraidions, valides comme handi, selon nos domaines et nos capacités.
Mes colocataires m’ont aussi ouvert les yeux sur le handicap : tout d’abord ils ont dédramatisé l’image de la personne handi que je m’étais imaginée.
J’ai découvert un monde plein de débrouillardises et de créativité ! Lorsqu’un élément n’est pas adapté, on cherche une solution pour le rendre accessible.
Mais j’ai aussi aussi compris que par notre manque d’attention, en tant que valide, on peut créer des obstacles aux personnes en situation de handicap.
Une trottoir trop étroit, des poubelles au milieu d’un trottoir, ou encore une paire de chaussures traînant dans un couloir, c’est un véritable obstacle pour des personnes à mobilité réduite !
Les objets et les meubles du quotidien peuvent être aussi peu adaptés à eux.
J’ai aussi constaté que les personnes handi peuvent utiliser plusieurs aides techniques dans leur quotidien, parfois à l’esthétique très médicale ou mécanique.
Cela m’a donné envie de travailler sur ce type d’objets, afin de les rendre plus proches des objets du quotidien !

Voir la vidéo pour une description plus précise du projet
.....Je me suis alors inspirée du principe de « manger-main » pour concevoir les plats. Le « manger-main », ou encore appelé « bouchée-saveur », est une présentation de la nourriture sous forme de bouchées saisissables à la main.
Certaines peuvent être préparées à partir de purées gélifiées pour qu’elles soient solides. Les personnes n’ont alors plus besoin de couverts pour manger.
Le projet Mosaïques de saveurs est tout d’abord un matériel de cuisine permettant de réaliser des bouchées colorées et festives. En effet il existe assez peu de moules dans le commerce permettant de fabriquer des bouchées « manger-main » variées, aux formes appétissantes. La plupart des formes proposées sont cubiques, et n’évoquent pas les aliments dont se composent les bouchées.
Pour ce projet, je me suis inspirée de certaines variétés de fruits pour dessiner les formes des bouchées. En effet certaines personnes ne peuvent plus croquer dans un fruit à cause de troubles (de déglutition etc.).
Je souhaite leur donner de nouveau la sensation de manger des fruits mûrs grâce à des bouchées préparées à partir de coulis gourmands......
Le pré-prototype envoyé a été réalisé en silicone alimentaire.
Pour la réalisation du coffrage à partir duquel j’ai coulé ce moule, j’ai utilisé l’impression 3D et le filament de plastique PLA (contact peau et aliment) ainsi que de la plasticine pour rendre le coffrage étanche.
Les étapes de la fabrication du produit sont illustrées par des photographies en page 2 du dossier explicatif joint à ce dossier d'inscription.
Après plusieurs esquisses, j’ai modélisé en 3D la forme d'un premier moule à pâtisserie que j’ai imaginé.
J’ai ensuite modélisé en 3D un moule (coffrage) dans lequel je coulerai le silicone alimentaire afin d’obtenir le moule à pâtisserie souhaité.
Ce coffrage se présente en deux partie : un socle comportant la forme des bouchées et un couvercle épousant les formes du socle, et laissant 3 mm d’espace, correspondant au volume du moule à pâtisserie qui sera ensuite coulé dans le coffrage.
J’ai ensuite fabriqué ce coffrage à l’aide d’une imprimante 3D à filament en utilisant un fil en PLA, un plastique certifié contact alimentaire.Enfin, après avoir graissé les deux parties du coffrage avec de la vaseline,
j’ai assemblé les deux parties du coffrage, puis j’ai coulé le silicone alimentaire à l’intérieur du coffrage. Après 24 heures, j’ai pu ouvrir le coffrage et retirer le moule à pâtisserie.
Pour l’industrialisation de ce produit, je souhaiterais utiliser le processus de moule à injection, qui correspond au processus de fabrication des moules à pâtisserie en silicone du commerce.
Ce processus permettra de produire un grand nombre moules, afin qu’ils soient accessibles au plus grande nombre de personnes.
Le prix du concours innovation Handitec me permettrait de réaliser des prototypes de ces moules.
Sur le marché, il existe des moules permettant de fabriquer des présentations de la nourriture adaptées pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzeimer.
Certains moules permettent de réaliser des bouchées « manger-main » , mais celles-ci ont des formes cubiques, ne faisant pas allusion à l’aliment composant la bouchée.
Il existe ensuite des moules avec lesquels nous pouvons fabriquer des formes évoquant des aliments à partir de nourriture mixée, mais ces formes ne sont pas saisissables à la main, il faut donc les couper pour pouvoir les manger.
La personne atteinte de la maladie doit alors être aidée par une tierce personne. Mosaïques de saveurs propose des bouchées saisissables à la main évoquant des aliments, ici des fruits.
Les formes sont assez abstraites pour évoquer différents fruits selon le coulis utilisé pour les garnir.
La forme de la bouchée a aussi été étudiée afin qu’elle soit facilement saisissable, grâce à un angle de 20 degrés situé sur les côtés.
L’originalité de ce produit est la dimension festive des bouchées mais aussi les possibilités infinies de compositions d’assiettes. L’aspect participatif du dressage, au moment des ateliers, est aussi un point important du projet.
Les formes des bouchées ont été imaginées afin de créer des assiettes visuellement belles, festives et appétissantes. En effet ces compositions évoquent les mosaïques, et deviennent des tableaux colorés.
De plus le dressage des assiettes est très facile à réaliser et s’inspire des réflexes des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.
Lors de mes premiers ateliers auprès auprès de résidents, j’ai observé que ces derniers avaient tendance à vouloir imbriquer les formes entre elles.
J’ai alors imaginé des formes de bouchées s’épousant, créant ainsi des compositions colorées et variées.
Les formes étant facilement saisissables, les personnes peuvent aisément créer leurs dressages selon leurs envies.
Ce moment est très ludique et important, car ainsi les participants ajoutent « la cerise sur le gâteau » au plat, et donc un sentiment de finaliser et sublimer le plat.
Ce produit propose des bouchées, mais intègre aussi une attention particulière à la manière de présenter les plats.
Ce public en est très sensible car consciencieux de la manière de recevoir.
  Regarder la vidéo
  Document n°1
  Document n°2
Une Table par le toucher
 Clara VALDES
Haute Ecole des Arts du Rhin, Mulhouse Français
L’idée est de créer des objets permettant de placer des assiettes, verres et couverts standards, comme ceux que l’on trouve dans des chaînes de magasins de décoration pour mal voyant.

Le handicap sur lequel j’ai décidé de travailler est celui de la mal-voyance.
J’ai réfléchi ce projet pour inviter les personnes à mettre en scène une table dans les règles de l'art. L’idée est de créer des objets permettant de placer des assiettes, verres et couverts standards, comme ceux que l’on trouve dans des chaînes de magasins de décoration.
Après m’être rapprochée de la Fédération des Aveugles Grand-Est (située à Strasbourg 67), j’ai choisi de me concentrer sur leur vision du beau et de l’esthétique en me détachant du côté médical.
Ce projet a pour but de garder le côté fonctionnel sans accentuer le handicap. Il est conçu pour favoriser le moment convivial du repas entre une personne handicapée et son invité.
Suite à plusieurs échanges pendant des cours de cuisine se tenant à la Fédération, j’ai compris que le toucher et les repères étaient leur moyens de manger et cuisiner plus simplement.
J’ai donc réfléchi à une table privilégiant l’aspect social qui, à l’aide d’objets de jonction et d'un travail graphique, facilite les repères et la stabilité.

Plusieurs échanges et moments forts m'ont poussée à travailler avec et pour des personnes handicapées.
Tout d'abord, il y a quelques mois, j'ai failli perdre la vue et j'ai dû imaginer comment continuer mon travail de jeune designer avec un handicap.
Par la suite, j'ai participé à un workshop autour de la nourriture qui avait pour but de décupler nos sens, en nous en faisant perdre un.
J'ai donc cuisiné sans l'aide de mes yeux ou mes mains. Il serait bien sur très prétentieux de dire que j'imagine le quotidien d'une personne handicapé physiquement,
mais j'ai pu l'espace d'une semaine, imaginer et concevoir des objets ergonomiques visant à apprendre à cuisiner avec un sens en moins. Ayant adoré ce projet et trouvant cela très intéressant, je suis rentrée en contact avec le restaurant « un petit truc en plus » à Mulhouse, géré par des personnes atteintes de trisomie 21. Après plusieurs échanges, j'ai dessiné et pensé des objets permettant de simplifier leur travail dans le domaine de la restauration.
Depuis, ce thème m'intéresse en temps que designer et je cherche à participer à des ateliers afin de comprendre et d'aider une personne handicapée à cuisiner.

Pour commencer, j'ai mené une étude visant à déterminer et comprendre le quotidien d'une personne avec un handicap de la vision qui cuisine.
Je leur ai posé des questions sur la notion de beau et d'agréable, mais aussi de pratique et fonctionnel. Avec eux, j'ai dégagé la notion de toucher et de stabilité. Pour eux, les repères spatiaux ont de l'importance.
Grâce à leurs mains, ils calculent et déterminent les places attribuées aux objets.
Ils m'ont expliqué que les repères et la compréhension d'un espace était primordial pour réussir à cuisiner et à manger.
J'ai compris que des petites actions du quotidien devenaient vite compliquées, notamment celles de recevoir et de mettre la table.
J'ai trouvé intéressant de me concentrer sur une table fonctionnelle, mais aussi esthétiquement intéressante pour eux au niveau des formes et matériaux.
J'ai choisi de me concentrer sur des repères tactiles grâce à l'engravure. Avec ces dessins creusés dans la matière, ils arriveront à comprendre plus facilement leur plan de travail et notamment leur table.
Mon second but était d'adapter la vaisselle standard dans leur quotidien.
J'ai réfléchi à une forme d'objets de jonction pour faciliter l'adaptation d'une vaisselle non médicalisée.
Puis j'ai déterminé deux matériaux, celui du bois pour la table, et le plastique recyclé pour les objets intermédiaires.
Pour la table, j'ai choisi du bois qui sera creusé et gravé , ce matériau s'y prête facilement et est utilisé en grande quantité dans le domaine de la cuisine.
Je souhaite intervenir sur des tables existantes pour éviter de créer plus d'objets.
Pour les portes-couverts, verres et assiettes, un PLA imprimé ou bien un bioplastique coulé.
Cela pour une facilité d'entretien et éviter la casse des objets de la table qui sont bien souvent en verre ou céramique.
Pour l'instant, mes dessins sont faits en 3D à l'aide d'un logiciel. Pour la suite j'envisage soit d'imprimer en 3D les objets de jonction, ou bien de créer trois moules pour les couler.
Cela facilitera la production en série. Pour la table, j'envisage un plateau en bois qui sera engravé pour y insérer les objets de jonction.
Cette opération pourra se faire sur une table existante.
Pour réutiliser le plastique je souhaiterai me rapprocher d'entreprises qui réfléchissent sur un fil de PLA ou un bio plastique à base d'algues ( atelier Luma d'Arles) pour l'imprimante 3D .
J'aimerai pouvoir adapter les couleurs afin d'optimiser les contrastes pour aider une personne malvoyante.
Pour la table, il suffirait d'utiliser un plateau déjà existant pour le graver. Ce processus se fait à l'aide d'une machine commandée par un fichier cao (conception assistée par ordinateur).
Selon moi, l'innovation se trouve dans la manière de traiter le côté graphique.
En effet, j'ai essayé de me détacher de la forme d'expression traditionnelle du Braille pour créer une nouvelle identité graphique spécialement pour l'art de la table.
Mon but est de créer via la gravure un langage commun. De plus, je réutilise les ressources que nous avons déjà (table, assiettes et plastique) pour les réadapter dans ce projet.
J'essaie de minimiser le travail de production afin d'éviter de surconsommer.
Dans ce projet, le but n'est pas de créer un énième objet médical, mais plutôt d'adapter des objets standards.
Il a une forme plutôt simple mais permet, par le toucher et le rapport graphique, de faciliter une action courante.
De plus, les objets sont produits en plastique recyclé et permettent de réutiliser une ressource que l'on possède déjà.
La gravure quand à elle, permettra de donner une nouvelle vie à une table standard.
  Document n°1
Carafe à basculer
 Amélie DECHAUME
Université de Strasbourg Français
À travers ce projet j’ai souhaité revisiter la manière de se servir à boire en visant plus particulièrement les personnes âgées ayant des difficultés de motricité. Cette carafe à bascule est dépourvue de poignée ; la main est alors accueillie par un tissu qui l’enlace permettant ainsi d’avoir un maintien suffisant pour soulever et basculer la carafe pour servir son contenu.

À travers ce projet j’ai souhaité revisiter la manière de se servir à boire en visant plus particulièrement les personnes âgées ayant des difficultés de motricité.
Cette carafe à bascule est dépourvue de poignée ; la main est alors accueillie par un tissu qui l’enlace permettant ainsi d’avoir un maintien suffisant pour soulever et basculer la carafe pour servir son contenu.
Ainsi, c’est la main qui vient guider et accompagner le geste pour se servir aisément la boisson. Les exercices comme serrer la poignée d’une carafe et plier son poignet pour se servir de l’eau sont à proscrire, il s’agit alors d’apporter un outil simple et confortable à l’usage.

J’ai voulu apporter à travers ce projet, un outil permettant aux personnes âgées et/ou à motricité réduite d’être accompagner par un objet venant guider aisément ses gestes .
Se servir à boire ne doit pas être une source d’efforts d’autant plus que s’hydrater, notamment par temps de forte chaleur, est un geste vital.
L’hydratation des personnes âgées face à une canicule est un sujet délicat. Il est avant tout question à travers ce projet de préserver l’autonomie de la personne, de répondre à ses besoins sans être assistée.

La gestuelle mise en scène lorsque l’on souhaite se servir à boire est au cœur des préoccupations de ce projet.
Il s’agit d’apporter une solution nouvelle plus douce contre ce geste d’un casser de poignet. Cette carafe est pensée pour qu’elle puisse accompagner une personne tout au long de son vieillissement.
Une première version nue, se soulève et se bascule pour se servir à boire.
Puis au fur et à mesure de la perte de motricité de la personne, des outils viennent s’additionner à cette carafe minimisant davantage les efforts à produire.

La carafe est réalisée en verre à double paroi ce qui permet de se servir une boisson chaude ou froide et ainsi de limiter les risques de brûlure.
Un bout de tissu récupéré habillela carafe. La base et les socles sont quant à eux réalisés en céramique et la structure portante en aluminium tubulaire courbé.
Le choix de ces matériaux a été réalisé dans le but d’orienter une production davantage artisanale qu’industrielle.
Avoir un bel objet réalisé par une maitrise artisanale procure ainsi d’une part un attachement émotif et d’autre part une attention toute particulière à cette pratique vitale de s’hydrater, surtout pour une personne âgée.

L’un des choix opéré lors de la conception de ce projet fut celui d’orienter ne production davantage artisanale qu’industrielle.
Ainsi il sera question de réaliser une carafe en verre soufflé. On y ajoute d’une part deux éléments permettant de maintenir le tissu, et d’autre part le bec verseur.
Les deux supports, le socle, ainsi que la roue coulissante sont quant à eux fabriqués à partir de céramique moulée.
La structure portante est elle conçue à partir d’aluminium tubulaire courbé que l’on pourra par la suite enfoncer dans le socle en céramique percé.
Le bout de tissu et le fil récupérés à partir de chutes sont fournis avec la carafe, mais ils peuvent être remplacés par tout autre élément présent chez chacun.

L’un des choix opéré lors de la conception de ce projet fut celui d’orienter une production davantage artisanale qu’industrielle.
C'est de cette façon ainsi que j'envisage produire cette objet. Ayant réalisé auparavant plusieurs objects au Centre International d'Art Verrier de Meisenthal,
j'ai pris gout à faire valoir le savoir-faire des artisans au travers des projets que je conçois.

Ce projet est innovant par la gestuelle mise en scène lorsque l’on souhaite se servir à boire avec cette carafe.
Il s’agit d’apporter une solution nouvelle plus douce contre ce geste d’un casser de poignet.
Cette carafe est pensée pour qu’elle puisse accompagner une personne tout au long de son vieillissement.
Les exercices comme serrer la poignée d’une carafe et plier son poignet pour se servir de l’eau sont à proscrire.
Il s’agit alors d’apporter un outil simple et confortable à l’usage.
La gestuelle induite par l’utilisation de cette carafe est au coeur des préoccupations de ce projet.
Il s’agit alors de préserver l’autonomie de la personne en s’accompagnant de cette carafe.

L’originalité de ce projet se rapporte au fait de s’intéresser à l’hydratation constante des personnes âgées notamment lors de périodes caniculaires devenues un phénomène récurrent ces dernières années.
En proposant un objet simple d’utilisation la personne peut alors par de simple geste se servir à boire.
De plus, par son aspect ludique et chaleureux cette carafe permet ainsi de redonner goût à cette source de vitalité qu’apporte le fait de s’hydrater.

  Regarder la vidéo
  Regarder la 2ème vidéo
  Document n°1
Série de contenants pour déficients visuels
 Léonie BONNET, Line GALLEN, Maria DIAZ
Université Jean Jaures , Toulouse Français
Notre projet est une série de contenants (tasse, bol, verre, tasse à expresso).
Il s'adresse à des personnes déficientes visuelles lorsqu'elles se servent une boisson chaude.

Notre projet est une série de contenants (tasse, bol, verre, tasse à expresso).
Il s'adresse à des personnes déficientes visuelles lorsqu'elles se servent une boisson chaude.
Nous avons souhaité nous détacher des dispositifs électroniques parlants pour nous concentrer sur le sens du toucher tout en évinçant la possibilité de brûlures.
Ainsi, un flotteur a été pensé pour être intégré au contenant, lui même conçu pour ne pas se renverser en cas de faux mouvement. Le flotteur est là pour indiquer le niveau de liquide versé et éviter les débordements.
En effet, lorsqu'il dépasse, la personne qui manipule, la tasse par exemple, pose sa main de manière intuitive et sent le flotteur qui touche son doigt à l'endroit où il remonte.
Motif de l'intérêt particulier pour les créations concernant les personnes handicapées ou âgées.

Nous voyons la pratique du design comme une réponse à des problématiques sociales, à des enjeux de société, permettant d' “améliorer l'habitabilité du monde” ( source : Alain Findeli) et nous sommes soucieuses d'y répondre de manière éthique, inclusive et responsable.
Répondre à des besoins qui touchent des personnes en situation de handicap nous paraît être un enjeu primordial puisqu'un grand nombre d'équipements, d'espaces urbains, etc ne sont à l'heure actuelle pas adaptés à tous et toutes.

Notre projet s’adresse à des personnes en situation de déficience visuelle. Habituellement, lorsqu’elles versent une boisson chaude dans un récipient, elles peuvent vérifier le niveau de la boisson avec les doigts pour éviter de la faire déborder.
Elles prennent ainsi le risque de se brûler.
Par ce projet, nous souhaitons apporter une aide et une sécurité à cet acte quotidien et permettre aux personnes d’être autonomes dans cette action en vérifiant le niveau du liquide dans le contenant sans se brûler.
Pour répondre à cette même situation, il existe des dispositifs électroniques parlants qui indiquent la température de la boisson ou le niveau de celle-ci.
Nous avons souhaité nous en détacher pour proposer un objet résilient qui n’utilise pas d’électronique ou d’énergie, simple et peu coûteux à produire à partir de matériaux naturels. Pour cela, nous nous sommes concentrées sur le sens du toucher.
Ainsi, nous avons développé une série de quatre contenants (un mug, un bol, un verre et une tasse à expresso) qui intègrent une bille-flotteur servant d’indicateur.
La personne qui manipule le contenant pose sa main de manière intuitive sur le trou qui accueille la bille, verse le liquide et sent le flotteur se poser sur son doigt, lui indiquant d’arrêter de verser.
Les contenants sont conçus pour ne pas se renverser en cas de faux mouvement.
Les contenants sont en céramique émaillée pour nous permettre une conception durable et la reproduction en série à partir des moules.
Ils pourraient être produits en collaboration avec un atelier de céramistes.
Ensuite, nous avons choisi d'utiliser du liège pour le flotteur en raison de ses fonctions étanches, flottantes et la facilité de sa production.
Celui-ci pourrait être produit dans un atelier artisanal de fabrication de liège.
Le processus de fabrication pour les contenants de ce produit comprend 3 grandes étapes :
Conception des moules en plâtre (au nombre de quatre)
- Coulage des matières premières
- Emaillage
- Cuisson
La bille en liège sera usinée avec un tour (à bois).
Nous envisageons un processus de fabrication en série, ce qui sera possible une fois les moules réalisés. :
La bille en liège pourra également être produite en série, artisanalement avec un tour ou bien industriellement avec une machine-outil à commande numérique.
Nos premières recherches nous ont permis de constater que les dispositifs répondant à ce même contexte, celui d’aider les personnes en situation de déficience visuelle à verser un liquide chaud, sont pour la grande majorité électroniques ou comportant des parties électroniques : balances parlantes, thermomètres parlants, détecteurs sonores... :
Ceux-ci sont peu accessibles par leurs prix assez élevés : par exemple, 129 euros pour un thermomètre. :
C'est pour cela que nous avons souhaité y répondre avec un projet à moindre coût, qui ne demande pas d'électronique (donc moins polluant) qui présente d'autres contraintes comme le changement des piles par exemple et renvoie directement au handicap en plus d’impliquer une dépendance à l’électronique. :
Ici, nous intervenons avec l'intégration d'une sorte d'excroissance, le flotteur, qui est réfléchi pour être simple à nettoyer, intégré et durable.:
Ensuite, il existe sur le marché un verre à bascule qui permet d'éviter de renverser le contenant, mais rien n'intègre la possibilité de connaître le niveau de liquide sans se brûler, contrairement à notre proposition.
Notre produit est original puisque d'un seul objet, nous répondons à plusieurs problématiques en prenant en compte l’ensemble de l'environnement d'une personne déficiente visuelle.
C'est à dire qu'il est conçu pour ne pas se renverser, même si un faux mouvement est effectué, pour éviter les brûlures, débordements, surdosages, le tout avec une solution simple et totalement détachée de l'électronique.
  Regarder la vidéo
  Document n°1
Clipsy (Poignée clipsable)
 Inès HAEGELIN
Université de Strasbourg, Strasbourg Français
Clipsy est un système qui permet à ses usagers de ne plus être restreints, quant aux mouvements au sein de leur cuisine, tout en leur assurant la stabilité et la sécurité. Il s'inscrit dans une volonté de rendre la cuisine accessible et abordable au plus grand nombre de personnes.

Clipsy est un système qui permet à ses usagers de ne plus être restreints, quant aux mouvements au sein de leur cuisine, tout en leur assurant la stabilité et la sécurité.
Ce projet a été pensé pour les personnes à mobilité réduite (PMR), les personnes atteintes de tremblements mais aussi les personnes âgées.
Il s'inscrit dans une volonté de rendre la cuisine accessible et abordable au plus grand nombre de personnes.
Le projet se compose de deux parties :
- un set de poignées amovibles
- des portes et des plans de travail perforés

Je souhaite devenir un designer médical.
Je pense que le milieu hospitalier (hôpitaux, EHPAD, centres de soin, associations santé) a énormément de potentiel quant aux possibilités de créations mais ces dernières ne sont malheureusement pas assez exploitées.
En étudiant les comportements des personnes âgées dans leur environnement (ma grand-mère en l'occurrence) je me suis rendu compte qu'elle avait du mal à rester stable au sein de sa cuisine, notamment lors de la saisie d'éléments en hauteur, puis je me suis renseignée pour voir combien pouvait coûter une cuisine aménagée pour handicapés et je me suis vite rendu compte que les prix par rapport aux besoins étaient inégaux et exorbitants,
et donc difficilement accessibles malgré les aides.
J'ai donc décidé de trouver un système qui ne nécessite pas de changer toute la cuisine et qui répond aux besoins d'autonomie et de sécurité de chacun.

Le projet Clipsy a été réfléchi d’après différents points, il s’agit alors de proposer :
- un mobilier adaptable et modulable.
- une autonomie d’autrui au sein de son habitat.
- une solution accessible au plus grand nombre.
- un projet abordable et esthétique.
- un projet facile d’entretien.
- un projet qui tient compte des normes.
- un projet qui assure la stabilité d’autrui.
- un projet facilement utilisable.
Les matériaux utilisés sont majoritairement l'ABS et l'acier inoxydable.
L'ABS est utilisé pour l'enveloppe extérieure du projet et l'acier inoxydable est utilisé pour une partie du système intérieur. quel est le processus de fabrication de ce produit?
L'enveloppe extérieure sera réalisé par moulage car l'ABS est un matériau qui se moule particulièrement bien et est souvent utilisé pour réaliser des poignées de portes.
Le système en inox à l'intérieur sera moulé pour la partie principale puis assemblé avec le reste des éléments (ajout des ressors) et la partie de déclipsage supérieure, aussi réalisée en ABS sera préférablement imprimée en 3D
Je ne me suis pas encore trop renseignée sur la question mais je pense peut-être commencer à petite échelle et par la suite effectuer des partenariats avec des cuisinistes dans différentes régions qui pourraient proposer le projet à la vente et à la pose.
Le projet est innovant car le système de poignée que je propose n'existe pas sur le marché. Les éléments de clipsage et de déclipsage ont été imaginés par mes soins grâce à l'étude de système de poignées amovibles existants.
Il existe des poignées fixes pour les meubles, des poignées à ventouses ou des poignées à clips mais majoritairement pour les ustensiles de cuisines,
cependant leur apparence les rend peu fiables, on a toujours peur qu'elle puisse se décoller.
J'ai donc travaillé l'apparence dans un but esthétique mais aussi psychologique pour rassurer les utilisateurs quant à sa stabilité.
Le projet est original par sa capacité à s'adapter aux besoins et au confort de chacun.
Les perforations des meubles de cuisine étant localisées elles permettent à chaque personne de trouver la hauteur qui lui convient pour placer sa poignée.
De plus elle ne se fixe pas seulement sur les portes des placards mais aussi sur le plan de travail ce qui permet (pour une pmr debout) de lâcher sa canne pour prendre appui de manière stable sur le plan de travail.
Aussi, la poignée étant assez légère et fournie par set, en prenant appui avec une main sur la poignée du plan de travail on peut facilement lever l'autre pour clipser une autre poignée au meuble haut.
  Regarder la vidéo
  Document n°1
APA (Assistance Plateau Amovible)
 Alexis PAVAGEAU
Lycée Raymond Loewy, La Souterraine Français
APA est un plateau qui permet aux personnes en fauteuil roulant de déplacer des plats chauds après la sortie du four. Placé sur les genoux et maintenu par un piètement positionné sous les jambes...

APA est un plateau qui permet aux personnes en fauteuil roulant de déplacer des plats chauds après la sortie du four.
Placé sur les genoux et maintenu par un piètement positionné sous les jambes, il isole thermiquement et protège son utilisateur des brûlures grâce à sa surface antidérapante et ses bordures relevées.
Son système de fixation permet de s'adapter à chaque utilisateur en fonction de sa morphologie, par son axe pivot et son pied placé sur rotule.
Motif de l'intérêt particulier pour les créations concernant les personnes handicapées ou âgées

Il est important de permettre une indépendance pour tous, et cela commence par le design.
Une société normée autour du validisme est malheureux, et aider les personnes qui font face à de telles inégalités est mon objectif personnel.

J'ai envisagé ce travail dans le cadre de mon projet professionnel de BTS de Design Produits, qui s'oriente autour de la sortie de plats du four pour les personnes à mobilité réduite.
Bois moulé, liège, acier inoxydable.
Bois travaillé suivant le principe du laminé-collé.
Grande série, industrie du bois
Ce produit est innovant car il permet de déplacer facilement et en toute sécurité des plats chauds lorsqu'on est en fauteuil roulant, chose qui est toujours pour l'heure complexe car aucun objet de ce type n'existe.
Mon produit est assez simple et s'adapte aisément à ses utilisateurs. Il est léger, prend peu de place et reste abordable en termes de prix : qui plus est il est complètement indépendant et ne dépend d'aucun autre dispositif que l'on peut trouver dans la cuisine.
  Regarder la vidéo
Un bon coup de main
 Jade VEILLET
Individuel, Paris Français
Mon projet consiste à faciliter la cuisine en réunissant différents outils / ustensiles / usages autour d’un même espace. L’objet permet l’accès à des actions quotidiennes, ici la cuisine. Le but est de ne plus voir la préparation de petits plats comme un réel défi et retrouver du plaisir en cuisinant.

Mon projet consiste à faciliter la cuisine en réunissant différents outils / ustensiles / usages autour d’un même espace.
L’objet permet l’accès à des actions quotidiennes, ici la cuisine. Le but est de ne plus voir la préparation de petits plats comme un réel défi et retrouver du plaisir en cuisinant.

Je considère le design comme une véritable moyen de répondre aux problématiques sociales.
Pour moi, le Design contemporain doit placer l'humain au centre du processus et dépasser l’approche esthétique pour faire face aux enjeux sociaux et environnementaux.
Améliorer et apporter poésie dans notre quotidien, donner sens à nos rapports aux objets, espaces et usages est au cœur de mes priorités. Au delà de l’ameublement, le design peut et même doit avoir un véritable impact social.
Je souhaite orienter mon futur métier dans cette branche : design social, design médical, pour les enfants, les personnes âgées, à mobilité réduite, dans la nécessité.
Ne pas assouvir une simple envie mais répondre à un réel besoin.
Savoir que l’on peut avoir un impact même infime, c'est ce qui me fait vibrer.

Mon projet prend la forme d'une boite avec laquelle l’utilisateur peut :éplucher (légumes), maintenir, tenir (des contenants à ouvrir), rincer (ingrédients), couper, hacher, mélanger.
Les principales taches en amont de la cuisson sont réalisables grâce à la boite modulable.
L’usager peut concevoir et réaliser un repas dans sa globalité.
La boite sera réalisée en bois. Le bois reste un materiau, simple épurée mais solide et résistant en cas de chute. Quelques éléments comme les lames ("économe") seront en acier.
Il faut choisir un bois qui travaille le moins possible au contact de l’eau et se nettoie facilement.
J'ai pensé au bambou. Je compte rajouter une bande plastique type caoutchouc, sur les tranche des cercles pour assurer la fermeté de la prise sur les contenants.
Usinage par commande numérique.
Je pense que ce produit peut être réalisé artisanalement (produire en grande série n'est pas mon objectif) mais je souhaite qu'il reste accessible à chacun (physiquement et économiquement).
En tant qu'étudiante, je n'ai pas encore des connaissances assez précises pour déterminer ses caractéristiques. Il faut que je me rapproche d'industriels pour les établir.
On peut considérer ce produit innovant car il permet différents usages réunit en un et même outil. De plus, il reste simple, et renvoie donc une image positive de la cuisine.
Inconsciemment, l’objet qualifie la cuisine d’accessible, ludique, instinctive. Les usages sont induit par les formes simples de la boite. Le bois reste un beau matériau, agréable sensoriellement.
L’objet n’infantilise pas l’utilisateur, au contraire il lui rend son autonomie.
L'objet est manipulable et exploite les deux faces principales de la boite.
Le cuisinier en herbe peut s'approprier l'usage et est libre de se servir de la boite pour une seule de ses fonctions ou toutes.
  Regarder la vidéo
  Regarder la 2ème vidéo
  Document n°1
Assemble ton repas
 Abigael WILLARD
Haute école des arts du Rhin, Mulhouse-Strasbourg Français
Après être rentrée en contact avec l’association «Autisme aujourd’hui» de Strasbourg, j’ai pu cibler certains besoins liées à l’heure du repas chez les personne autistes : le besoin d’avoir un set de table permettant de poser les éléments, la compartimentation des aliments

Après être rentrée en contact avec l’association «Autisme aujourd’hui» de Strasbourg, j’ai pu cibler certains besoins liées à l’heure du repas chez les personne autistes :
le besoin d’avoir un set de table permettant de poser les éléments, la compartimentation des aliments, les bords pour pallier aux problèmes de motricité fine, les différents matériaux et ne pas infantiliser l’adulte souffrant d’autisme.
Je ne prétend pas pallier à toutes problématiques avec un seul objet ,il existe autant de forme d’autisme que de personnesatteintes, c’est pourquoi j’ai regroupé ceux qui semblait aller ensemble.
Motif de l'intérêt particulier pour les créations concernant les personnes handicapées ou âgées.

Dans mon école, il y a un workshop qui est en partenariat avec la résidence Papillons Blancs qui prend en charge des personnes adultes handicapées.
Le but de cet atelier : créer avec un des résidents en respectant son univers artistique. Après avoir discuté avec eux, on se rend compte que beaucoup de choses ne sont pas adaptées pour eux.
Et j’ai toujours eu envie de créer pour aider.

J’ai donc imaginer une vaisselle dont tous les contenants serait les pièces d'un puzzle, ce qui permettrait de compartimenter les aliments ou différentes étapes du repas.
Cela délimite aussi l'espace pour manger sur la table, comme un set de table 3D. Chaque élément est creux pour faciliter le repas et pour contenir le plus d’éléments aux textures différentes (soupe,purée,salade...).
Il y a aussi un compartiment avec un pictogramme pour accueillir les couverts et un autre pour accueillir le verre.
La forme choisie est le puzzle car il est souvent utilisé comme symbole de l’autisme, c'est aussi pour qu’il y ait une sorte de cheminement et enfin pour le côté ludique.
Pour finir, sur le dessous des pièces on pourrait intégrer un système anti-dérapant en caoutchouc.
Dans un premier temps, je comptais faire un prototype en impression 3D, puis faire un moule pour chaque éléments à partir de ces impressions.
On peut imaginer un objet final en plastique polypropylène ou en céramique.
Ces deux matériaux peuvent facilement se laver au lave vaisselle, sont compatibles avec le micro-onde et compatible avec l’alimentaire.
On peut imaginer le processus d’injection pour l’objet en plastique et le processus de moulage pour la céramique. A partir de plusieurs moules on pourrait facilement les reproduire en série. comment envisager vous produire ce produit, quel processus d'industrialisation envisagez vous?
Avec l’un ou l’autre matériaux on devrait facilement pouvoir produire en série et en différentes couleurs, pour laisser libre choix aux revendeurs et aux divers clients.
C’est innovant car cela touche un public bien plus large que ce qu’on a l’habitude de voir.
De plus la forme change vraiment de ce que l’on peut trouver sur le marché : elle est pratique et elle renvoie à un symbole connu de l’autisme.
L’utilisateur pourra facilement s’identifier à cela. Pour finir pourquoi toujours adapter les ustensiles grand public, pourquoi ne pas en créer de nouveau pour eux ?
L'originalité est qu'à la place d'infantiliser les personnes adultes atteintes d'autisme, je les met au même niveau en leur créant une vaisselle qui ne les réduits pas au rang d'enfants.
  Regarder la vidéo
  Document n°1
Titre